Articles

C’est quoi ?

  • Des mouvements automatiques et involontaires
  • Ils apparaissent in utéro
  • Ils servent à la survie et au développement du nourrisson
  • Ils doivent s’intégrer et devenir volontaires avant les 2 ans de l’enfant

Pourquoi s’y intéresser?

Certains réflexes ne s’intègrent pas bien et restent présents. Ils viennent alors parasiter les mouvements et la vie de tous les jours

Quelques exemples:

  • L’agrippement (le bébé agrippe les doigts) empêche une bonne coordination manuelle
  • Le Réflexe Tonique Asymétrique du cou (indépendance de la rotation de la tête et du corps) empêche de rester assis tranquillement sur une chaise
  • Moro (sécurité intérieur) empêche d’aller de l’avant et de se concentrer
  • Reptation de Bauer (capacité à ramper) empêche la coordination motrice globale et la créativité

Si votre enfant ne tient pas en place, s’il a du mal à écrire sur les lignes, s’il est maladroit, s’il s’assoit en W, s’il souffre d’énurésie, s’il n’arrive pas à tracer le 8… c’est peut-être que des réflexes sont mal intégrés.

Que faire ?

Un bilan des réflexes puis un travail d’intégration au près d’un professionnel qui par des mouvements corporels et des pressions isométriques va redonner au corps un nouveau chemin cognitif afin d’« intégrer » le réflexe.

Votre enfant est dys, il ne tient pas en place, il a du mal à faire du vélo, son écriture est illisible, il est agressif, il s’affale sur sa table, il est maladroit : tout ça n’a peut-être rien à voir avec un handicap ou un TDA/H mais avec un réflexe archaïque.

Bien que la fin de l’année arrive à grands pas, les enseignants sont déjà dans les commandes pour la rentrée de septembre. Quel cahier acheter ? Quel crayon choisir ?
Lire la suite

Du grecs dys signifiant «handicap» et graphia, «écrire des lettres avec la main», la dysgraphie est un trouble de l’expression écrite entraînant lenteurs, douleurs et faible lisibilité. En fonction des critères choisis pour définir le trouble, on considère que 10% à 30% des enfants